Sélectionner une page

A l’occasion de la journée mondiale de la maladie de Parkinson, nous sommes allés à la rencontre de Sophie DALLENNE, sophrologue à Libourne en Gironde. Elle intervient depuis plusieurs années auprès de patients atteints de cette pathologie.

Pour rappel, la maladie de Parkinson est une maladie neuro-dégénérative qui se caractérise par la destruction des neurones à dopamine impliqués dans le contrôle des mouvements. Elle touche plus de 200 000 personnes en France et l’âge moyen du diagnostic est de 58 ans.

 

Bonjour Sophie, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

 

Je suis sophrologue (RNCP) formée à Iseba Bordeaux, et suis installée depuis 2015 à Libourne en Gironde. J’anime des ateliers auprès des aidants et des patients affiliés à France Parkinson depuis plus de 3 ans. Je les reçois également en séances individuelles à mon cabinet, en visio conférence ou me déplace à leur domicile.

 

Comment a commencé votre aventure auprès de France Parkinson ?

 

J’ai d’abord été formée au CHU de Bordeaux dans le cadre de l’étude SOPHROSTIM. Cette étude consistait à améliorer la prise en charge des patients en les préparant grâce à la sophrologie, à une opération vécue souvent comme longue et anxiogène, dites de Stimulation Cérébrale Profonde. Après avoir été référente de cette étude à Libourne, j’ai continué à me former à Rennes auprès du Professeur Marc VERIN neurologue, et Christel NEUMAGER sophrologue, spécialistes de cette pathologie.

J’ai ensuite tout naturellement proposé mes compétences au Comité de l’association France Parkinson en Gironde. J’y anime depuis 3 ans des ateliers collectifs de sophrologie auprès des aidants et des malades. Depuis la pandémie, afin d’assurer une continuité de mes interventions, j’anime ces ateliers en distanciel via la plateforme Zoom. Cela fonctionne très bien encore aujourd’hui. Si bien que je propose désormais mes services à des patients dans toute la France.

 

Qu’apporte la pratique de la sophrologie auprès de ces patients ?

 

Cette pathologie entraîne des troubles moteurs et non moteurs, une perte de repères corporels accompagnés bien souvent d’une perte de confiance en soi, d’un sentiment de honte, et d’une grande anxiété qui isolent les patients. La sophrologie leur permet de mobiliser leurs ressources et leur corps de façon consciente, selon les 3 principes fondamentaux de la méthode :

1. Se reconnecter à leur corps en étant plus conscient de leur schéma corporel, pour une meilleure posture et un meilleur relâchement des tensions. Cela facilite grandement le travail chez le kinésithérapeute, l’ostéopathe ou l’orthophoniste.

2. Les aider à être plus positif, grâce à des exercices de visualisation et de concentration. Ce qui leur permet d’apprécier la sensation de leur corps sans tension : Action positive sur la conscience.

3. Les aider à accepter les choses telles qu’elles sont, et non comme ils voudraient qu’elles soient. En sophrologie on parle du “Principe de la réalité objective”.

Mon accompagnement leur propose donc un retour à eux-mêmes en douceur et avec bienveillance. Ils peuvent ainsi mobiliser leurs propres ressources et améliorer leur qualité de vie. Les bienfaits ressentis après chaque séance se traduisent par un souffle retrouvé, un apaisement global, un corps moins douloureux et plus relâché.

 

Pouvez-vous nous partager une anecdote/histoire qui vous a marqué depuis que vous intervenez auprès de France Parkinson ?

Comme je vous l’ai indiqué, pendant la pandémie j’ai mis en place des séances en distanciel via la plateforme zoom pour maintenir le lien avec les personnes que j’accompagnais. Ceci s’est avérée être une excellente solution au delà de la pandémie, car bien souvent les patients hésitent à se déplacer, prendre la voiture ou demander de l’aide. Quant aux aidants, ils préfèrent rester à domicile avec le malade pendant leur séance.

Une dame atteinte par la maladie et qui participe à ces séances collectives en visio, m’a témoigné récemment ceci : “Merci Sophie, Oh quel bien-être en retrouvant cette détente sophrologique, merci beaucoup, les bienfaits doivent durer car je suis allée profondément dans mon intérieur. Plus de fourmis (électriques) dans les jambes, je vais bien dormir !”

J’invite donc toutes les personnes concernées par la maladie de Parkinson, à se rapprocher de l’association France Parkinson. Elle pourra leur proposer de nombreuses activités dans toute la France.

En savoir + sur l’autrice Sophie DALLENNE 

Créez votre compte et accédez au programme gratuit de Be Yourself : l’application de sophrologie !

Besoin d’intégrer une routine bien-être dans votre quotidien ? Découvrez tous nos abonnements.

Voir d’autres articles

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *